Reflets urbains

Tableaux 11×14 encadrés 90.00

Avec cette exposition, j’espère vous séduire en montrant une réalité à laquelle on ne s’attarde pas nécessairement. Je fais de la photo numérique depuis le printemps 2004 et je soupçonne mon envoûtement pour le haïku de s’être infiltré dans ma façon de faire de la photographie. Mon regard sur les choses semble s’être aiguisé.

Les orientations que l’on prend ont souvent des origines très profondes. J’ai un souvenir très précis de mon enfance. Je me vois en train de feuilleter un livre et d’en ressentir un grand émerveillement. Toutes ces lignes, toutes ces couleurs qui ne ressemblent à rien de ce que j’ai déjà vu.

Une personne bien intentionnée s’approche de moi et tourne le livre dans l’autre sens… Je me rappelle de la déception ressentie.

En parcourant les rues ce printemps, mon regard a été attiré par la beauté des images reflétées dans les flaques d’eau et j’ai eu le goût de vous partager mon observation.

En découvrant ces photographies, on peut se demander où est la réalité. Est-ce l’endroit ou l’envers? Contrairement au souvenir de mon enfance, j’ai tourné à l’endroit une image que j’ai prise à l’envers. Des paysages inédits sont apparus.

L’asphalte est devenu un ciel étoilé, la neige a pris une texture différente elle était comme à rebours poil. Dans les flaques d’eau sont apparues des tempêtes sous un ciel radieux, des esquisses d’arbres et que dire de la source qui coule d’un clocher. J’y ai retrouvé l’émerveillement de mon enfance.

Le dessus, le dessous, l’envers, l’endroit tout cela fait partie de la réalité. Il suffit de la regarder et de s’en émerveiller.